Content HubMétiers
Sales Development Representative chez PayFit

Sales Development Representative chez PayFit

Rencontre avec Quentin Frank, SDR manager chez Payfit. Il nous livre son quotidien et revient sur l'importance de ce métier. Un véritable tremplin pour démarrer une carrière de commercial !

Le métier de Sales Development Representative (SDR) est souvent peu, voire mal connu. Généralement dévalorisé, il s’agit pourtant d’une très belle voie pour démarrer une carrière en Sales à la sortie de ses études. Quentin Franck, avant SDR et aujourd’hui SDR Manager chez PayFit, nous partage son expérience et nous dévoile les dessous de ce poste challengeant. 

Avais-tu déjà pour projet de devenir SDR avant de rejoindre Payfit ? 

"Pas du tout. Je ne connaissais même pas vraiment la distinction entre business developer, Account Manager ou Account Executive à l’époque. Et je n’avais presque aucune expérience en vente hormis celle de vendeur chez Nike. C’est vraiment avec Élinoï que j’ai appris ce qu’était le métier de Sales Development Representative (SDR). Puis c’est en passant les entretiens que je me suis dit que ça pourrait fitter."

Quel a été le rôle d’Élinoï dans ta recherche ? 

"Un seul mot : c’est coach. C’est vraiment du coaching, car tu prépares tes entretiens avec ton Talent Manager, tu vas aussi faire des mises en situation et débriefer. Pendant les salves d’entretiens, je me suis dit que c'était difficile de rater un process quand on est aussi bien coaché et accompagné."

Le métier de SDR vu de l’intérieur, ça ressemble à quoi ? 

"Ce sont des journées qui passent à 100 à l’heure. Tu contactes 1000 interlocuteurs différents et tu utilises de nombreux outils. C’est beaucoup d’apprentissage, tu dois te remettre en question souvent, car plein de nouvelles choses arrivent. Beaucoup de personnes se posent la question “est-ce que j’ai envie de m’engager dans une vie de bureau pendant 40 ans après mes études ?”. Alors autant vous prévenir, le métier de SDR, c'est une vie de bureau certes, mais pas comme on l'imagine. C’est clairement un métier sans routine. 
SDR c'est un métier avec de la pression, des rebondissements. Il y a des semaines ou tout se passe bien, d'autres moins. C'est pour ça qu'il faut un véritable fit avec l'entreprise !
C’est très important, car lorsqu’une semaine se passe mal, tu n’as pas envie que les gens autour de toi ne te comprennent pas. Tu as besoin d’être accompagné et soutenu plutôt que montré du doigt. Et ça, c'est quelque chose que j’ai vraiment trouvé chez Payfit. 
Enfin, la partie la plus motivante de ce métier, c’est le rapport efforts vs résultats. Lorsque tu maîtrises ton job et que tu le fais bien, tu peux très bien gagner ta vie en faisant des horaires tout à fait acceptables avec un équilibre vie pro - vie perso très confortable."

On dit souvent que PayFit est une école de vente. Qu’en penses-tu ?

"À l’époque, c'est aussi pour ça que j’avais choisi PayFit. Justement parce que c’était réputé pour être une bonne école de vente… et c’est encore plus vrai aujourd’hui. C’est ce qui se fait de mieux en termes de formation.
Au football, on dit souvent que si on mélangeait les légendes de différentes époques pour un match, les meilleures seraient celles d’aujourd’hui. L’entrainement actuel rend les joueurs plus rapides, plus athlétiques, plus compétitifs. J’ai la même impression chez PayFit : si l’on compare les différentes générations de SDR, la meilleure est clairement la génération actuelle, car notre programme de formation a bien évolué. 
Il y a toujours eu un système de buddy, qui consiste à avoir un parrain dès ton arrivée dans la boîte qui t’aide à t’intégrer. Nous avons aussi développé un bootcamp très novateur que chaque nouvelle recrue suit la deuxième semaine de son arrivée. C’est vraiment un programme durant lequel tu parcoures toutes les principales compétences du SDR que tu approfondis via des workshops et des cas pratiques
Je peux dire que le niveau que tu as à la sortie de ce bootcamp, soit au bout de 2 semaines d’arrivée dans l’entreprise, c’est le niveau que l’on avait au bout de 3 mois il y a 4 ans. Je suis parfois impressionné par le niveau des talents. Et ce qui est top, c'est que tu le fais en promo et profites donc d’une vraie cohésion de groupe !" 

Pas mal de jeunes diplômés souhaitent devenir commerciaux sans passer par la case SDR. Qu’as-tu envie de leur dire ? 

"Selon moi, c’est précisément l’erreur à ne pas faire. Pour devenir un bon commercial, il faut maîtriser tout le cycle de vente et principalement les bases, les fondations. 
Le métier de SDR te permet de maitriser ces bases et de faire de toi un meilleur Account Executive par la suite, j’en suis sincèrement persuadé. De plus, en tant que SDR tu deviens expert de tes missions plus rapidement. Tu accèdes à des taches plus seniorisantes comme la formation et le recrutement."

Que vas-tu chercher chez un candidat qui postule pour être SDR notamment chez PayFit ? 

"Chez PayFit, on recherche certains soft skills primordiaux :
- Avoir un très bon relationnel : être une personne sociable et empathique.
- Être une personne organisée et efficace.
- Une personne avec un esprit de compétition et capable de supporter la pression (saine), qui n'a pas peur du challenge.
Cependant, même si tu ne considères pas avoir ces compétences-là, mais que tu as vraiment envie de progresser dans ces domaines et d’en faire une force, alors tu es le bienvenu ! Nous valorisons aussi beaucoup les profils qui viennent pour se dépasser. Le métier de SDR est un métier qui peut te changer dans la vie personnelle. J’en suis un bon exemple puisqu’il m’a permis d’évoluer et de m’ouvrir plus. Donc si tu as vraiment envie de développer ces compétences et que la motivation est là, postule !"

Un conseil à donner à des jeunes diplômés qui se posent la question de rentrer par la même voie que toi ? 

"Pose-toi les bonnes questions avant de te lancer : Est-ce que tu aimes te bousculer ? Avoir un lendemain qui ne ressemble pas à la veille ? Est-ce que ta seule motivation ne réside pas dans l'ambiance détendue, le babyfoot et les collègues de ton âge ?
Ensuite, je dirais qu’une fois lancé, ne baisse pas les bras avant d’avoir tout essayé. Tant que tu n’as pas atteint tes objectifs, tu ne pourras pas savoir si ce job est fait pour toi…  C’est un véritable challenge !"

Le métier de Sales Development Representative (SDR) est souvent peu, voire mal connu. Généralement dévalorisé, il s’agit pourtant d’une très belle voie pour démarrer une carrière en Sales à la sortie de ses études. Quentin Franck, avant SDR et aujourd’hui SDR Manager chez PayFit, nous partage son expérience et nous dévoile les dessous de ce poste challengeant. 

Avais-tu déjà pour projet de devenir SDR avant de rejoindre Payfit ? 

"Pas du tout. Je ne connaissais même pas vraiment la distinction entre business developer, Account Manager ou Account Executive à l’époque. Et je n’avais presque aucune expérience en vente hormis celle de vendeur chez Nike. C’est vraiment avec Élinoï que j’ai appris ce qu’était le métier de Sales Development Representative (SDR). Puis c’est en passant les entretiens que je me suis dit que ça pourrait fitter."

Quel a été le rôle d’Élinoï dans ta recherche ? 

"Un seul mot : c’est coach. C’est vraiment du coaching, car tu prépares tes entretiens avec ton Talent Manager, tu vas aussi faire des mises en situation et débriefer. Pendant les salves d’entretiens, je me suis dit que c'était difficile de rater un process quand on est aussi bien coaché et accompagné."

Le métier de SDR vu de l’intérieur, ça ressemble à quoi ? 

"Ce sont des journées qui passent à 100 à l’heure. Tu contactes 1000 interlocuteurs différents et tu utilises de nombreux outils. C’est beaucoup d’apprentissage, tu dois te remettre en question souvent, car plein de nouvelles choses arrivent. Beaucoup de personnes se posent la question “est-ce que j’ai envie de m’engager dans une vie de bureau pendant 40 ans après mes études ?”. Alors autant vous prévenir, le métier de SDR, c'est une vie de bureau certes, mais pas comme on l'imagine. C’est clairement un métier sans routine. 
SDR c'est un métier avec de la pression, des rebondissements. Il y a des semaines ou tout se passe bien, d'autres moins. C'est pour ça qu'il faut un véritable fit avec l'entreprise !
C’est très important, car lorsqu’une semaine se passe mal, tu n’as pas envie que les gens autour de toi ne te comprennent pas. Tu as besoin d’être accompagné et soutenu plutôt que montré du doigt. Et ça, c'est quelque chose que j’ai vraiment trouvé chez Payfit. 
Enfin, la partie la plus motivante de ce métier, c’est le rapport efforts vs résultats. Lorsque tu maîtrises ton job et que tu le fais bien, tu peux très bien gagner ta vie en faisant des horaires tout à fait acceptables avec un équilibre vie pro - vie perso très confortable."

On dit souvent que PayFit est une école de vente. Qu’en penses-tu ?

"À l’époque, c'est aussi pour ça que j’avais choisi PayFit. Justement parce que c’était réputé pour être une bonne école de vente… et c’est encore plus vrai aujourd’hui. C’est ce qui se fait de mieux en termes de formation.
Au football, on dit souvent que si on mélangeait les légendes de différentes époques pour un match, les meilleures seraient celles d’aujourd’hui. L’entrainement actuel rend les joueurs plus rapides, plus athlétiques, plus compétitifs. J’ai la même impression chez PayFit : si l’on compare les différentes générations de SDR, la meilleure est clairement la génération actuelle, car notre programme de formation a bien évolué. 
Il y a toujours eu un système de buddy, qui consiste à avoir un parrain dès ton arrivée dans la boîte qui t’aide à t’intégrer. Nous avons aussi développé un bootcamp très novateur que chaque nouvelle recrue suit la deuxième semaine de son arrivée. C’est vraiment un programme durant lequel tu parcoures toutes les principales compétences du SDR que tu approfondis via des workshops et des cas pratiques
Je peux dire que le niveau que tu as à la sortie de ce bootcamp, soit au bout de 2 semaines d’arrivée dans l’entreprise, c’est le niveau que l’on avait au bout de 3 mois il y a 4 ans. Je suis parfois impressionné par le niveau des talents. Et ce qui est top, c'est que tu le fais en promo et profites donc d’une vraie cohésion de groupe !" 

Pas mal de jeunes diplômés souhaitent devenir commerciaux sans passer par la case SDR. Qu’as-tu envie de leur dire ? 

"Selon moi, c’est précisément l’erreur à ne pas faire. Pour devenir un bon commercial, il faut maîtriser tout le cycle de vente et principalement les bases, les fondations. 
Le métier de SDR te permet de maitriser ces bases et de faire de toi un meilleur Account Executive par la suite, j’en suis sincèrement persuadé. De plus, en tant que SDR tu deviens expert de tes missions plus rapidement. Tu accèdes à des taches plus seniorisantes comme la formation et le recrutement."

Que vas-tu chercher chez un candidat qui postule pour être SDR notamment chez PayFit ? 

"Chez PayFit, on recherche certains soft skills primordiaux :
- Avoir un très bon relationnel : être une personne sociable et empathique.
- Être une personne organisée et efficace.
- Une personne avec un esprit de compétition et capable de supporter la pression (saine), qui n'a pas peur du challenge.
Cependant, même si tu ne considères pas avoir ces compétences-là, mais que tu as vraiment envie de progresser dans ces domaines et d’en faire une force, alors tu es le bienvenu ! Nous valorisons aussi beaucoup les profils qui viennent pour se dépasser. Le métier de SDR est un métier qui peut te changer dans la vie personnelle. J’en suis un bon exemple puisqu’il m’a permis d’évoluer et de m’ouvrir plus. Donc si tu as vraiment envie de développer ces compétences et que la motivation est là, postule !"

Un conseil à donner à des jeunes diplômés qui se posent la question de rentrer par la même voie que toi ? 

"Pose-toi les bonnes questions avant de te lancer : Est-ce que tu aimes te bousculer ? Avoir un lendemain qui ne ressemble pas à la veille ? Est-ce que ta seule motivation ne réside pas dans l'ambiance détendue, le babyfoot et les collègues de ton âge ?
Ensuite, je dirais qu’une fois lancé, ne baisse pas les bras avant d’avoir tout essayé. Tant que tu n’as pas atteint tes objectifs, tu ne pourras pas savoir si ce job est fait pour toi…  C’est un véritable challenge !"
Sommaire
Rédigé par
Élinoï
Partager l'article

FAQ

Qu'est-ce qu'un SDR ?
Où trouver un job de SDR ?
Comment devenir SDR ?
Pourquoi devenir Sales Development Representative ?

Talent

Vous n'êtes ni un CV ni un catalogue de compétences à caser. Élinoï révèle tout votre potentiel et vous connecte aux entreprises championnes de la croissance.

entreprise

Pour attirer les talents, il y a mieux que babyfoot, ping-pong et paillettes. Profitez de l’expertise d’Élinoï pour recruter rapidement les talents qui seront les piliers de votre performance.

de la même catégorie

Quel est le salaire d'un Chief Operating Officer ?

Quel est le salaire d'un chief operating officer ? En tant qu'experts du recrutement, on a réalisé la fiche métier complète d'un COO.

Qu’est-ce qu’un Head of Growth ?

Que se cache derrière le poste de Head of Growth. On vous explique tout sur la Growth en entreprise et tous les métiers qui en découlent !

RPO : Qu'est-ce qu'un bon consultant RPO ?

Le RPO est une nouvelle tendance de recrutement en France. S'il est recommandé de faire appel à ces spécialistes du recrutement, comment savoir le rôle du consultant RPO ? On vous éclaire sur le sujet.